. Mardi 22 août 2006 > Mis à jour : 03:53 AM.
   NOUVELLES
   À LA MAISON
   VILLE
   NATION
   ÉTATS
   AFFAIRES
   SPORTS
   DIVERTISSEMENT
   MONDE
   ÉDITER LA PAGE
   OP-ED
   LE COURRIER DU   RÉDACTEUR
   ARCHIVES DE RECHERCHE
  ÉDITIONS D'ÉTAT
   BHOPAL
   BHUBANESWAR
   KOCHI
   LUCKNOW
  DISPOSITIFS
   VIVACITY
   BAZAR
   AVENUES
   OBJET IMMOBILIER URBAIN
   LIVRES
   CHRONIQUEURS
   PRÉVISION
 PIONNIER DE DIMANCHE
   ORDRE DU JOUR
   INCURSION

 

 
 
Réflexions sur le Gujarat
Poésies, peintures par Rooma Mehra
 

 
Le GUJARAT 2002
 

 
La puanteur
 
de la chair brûlante
 
comme la fumée
 
de l'incinération
 
d'a
 
enfant de sourire.
 

 
Sang
 
de l'égoutture
 
couteaux
 
découper les blessures
 
sur
 
routes pleurantes
 
de mon pays.
 

 
À l'extrémité
 
de ce tunnel
 
le Bouddha
 
sourires…
 

 
Mais qui
 
extrémité
 
le tunnel ?
 

 
Vers
 
manger des tunnels
 
dans des esprits crédules
 

 
qui
 
suffisance
 
le tunnel
 
avec le sourire de Bouddha
 
brûlé
 
dans l'incinération
 
d'a
 
enfant de sourire ?
 

 
APRÈS LE WAR-1
 

 
Un soleil sighing
 
Évidé dehors
 
Un stylo complètement de
 
Matin pleurant
 
Épellation
 
Étapes du soleil de trébuchement.
 

 
La finale
 
Échecs tâtants
 
Effacement à
 
Chutes d'hésitation
 
Ne jamais se lever
 
Avant la rupture
 
Sa graine d'arc-en-ciel
 
Sur un ciel criard
 

 
Bloodpools noirs
 
Émanation de
 
La blessure pleurante
 
Courir dans
 
Âges brouillés
 
Enterrer
 
Dans leurs plis noirs d'encre
 
Une erreur embarrassante
 
Pour toujours.
 

 
Le jour ensuite
 
Rien…
 

 
Aucun jour… pas ensuite
 
.....
 
rien
 

 
APRÈS LE WAR-II
 

 
Tellement beaucoup tient le premier rôle
 
Sommeil
 
Un assoupissement éternel
 
Dans le merveilleux embrasser
 
D'un ciel de sommeil
 
… invisible
 
Unawakened…
 
Par une mèche
 
D'un vent siffleur
 
… non senti.
 
Depuis le jour
 
Un zillion observe fondu
 
Dans une fission nucléaire.
 
Oublié…
 
Mais pour le trou noir
 
Au coeur
 
Du ciel de sommeil.
 
Un témoignage muet
 
Des jours allés près
 
Ne dire personne
 
l'histoire
 
De la terre
 
C'était
 
Il était une fois.
 
Quand tient le premier rôle miroité
 
Et le ciel a souri
 
Puisque la vie a vu…
 

 
Mais elle est sans importance
 
Vraiment…
 
Cette ère finie
 
Un à long terme il y a
 
Et qui écoute
 
Quoi qu'il en soit…
 

 
Recherche du soleil
 

 
L'éraflure
 
de ma graine
 
éraflure des coins
 
outre d'une nuit
 
sur son mystérieux
 
voyage isolé
 
me traînant le long
 
comme on
 
une pensée après-coup
 
pourtant jamais
 
pliage je
 
dans le son fixer la couverture
 

 
Je contrôle juste
 
pour attraper
 
un coin évasif
 
pour rayer
 
une lettre
 
un précaire simple
 
lettre
 
Perdu un « S »
 
espérer orthographier
 
Lever de soleil
 
comme nuit
 
me traîne le long
 
lourd
 
dans le son
 
mains invisibles
 
dans
 
tunnel insondable
 
Aucuns filtres de lumière à travers
 
mon précaire « S »
 
Aucun bruit
 
Juste l'échauffourée
 
de la graine et de la nuit
 
tandis que le monde
 
sommeils…
 

 
Une nouvelle aube
 

 
Quand des rêves sont faits
 
et les bouts droits de nuit dessus
 
Moments assassinés,
 
minutes, heures
 
mais les bouts droits de nuit dessus.
 

 
Pieds traînants essayant à
 
évasion
 
Rien, étiquettes le long, lourd
 
Mémoires effacées, tellement longtemps
 
il y a
 
mais, rien, étiquettes le long,
 
lourd
 

 
A couvert pouce, un pied, a
 
étape
 
et l'aube est des milles loin
 
de l'autre côté du
 
montagne
 
L'aube est des milles loin
 

 
La chute, mensonge en arrière, créent a
 
vision
 
mais les mémoires ont été
 
effacé
 
Quand l'extrémité a commencé le son
 
voyage de trébuchement
 
Toutes les mémoires ont été effacées
 

 
Se lever, aller, une autre étape
 
La nuit doit être passée
 

 
L'aube se trouve à la fin de
 
nuit
 
La nuit doit être passée
 
Abandonner, rendre au
 
nuit en dedans
 
mais le sommeil est masqué dehors au delà
 
Le jour est des milles, montagnes
 
loin
 
et le sommeil est masqué dehors
 
après
 

 
Dessiner une illusion avec
 
brûlure d'estomac
 
sur la toile de la nuit
 
Mais les cendres se mélangent avec des cendres
 
sur la toile de la nuit
 

 
La nuit tombe lourd sur lidless
 
yeux
 
Braises rougeoyantes de
 
le feu en dedans
 
Regarder dans un miroir pour voir deux
 
les soleils
 
Braises rougeoyantes de
 
le feu en dedans
 
Et une aube
 
est soutenu
 
des cendres
 
des rêves.
 

 
 
 
 
 
1

Home de l'Author

 Attente d'une nouvelle aube

Authorsjourney

Poésies par

Rooma Mehra

 1-800-PetMeds

1